Sélectionner une page

Des manifestants à Paris défient la police en réaction à la mort de George Floyd

Des manifestants à Paris défient la police en réaction à la mort de George Floyd

Près de 15 000 manifestants ont défié les ordres de la police et ont défilé ce Mardi 2/06 devant le tribunal de Paris pour protester contre les violences policières, largement inspirées par l’assassinat de George Floyd la semaine dernière aux États-Unis.

La marche était en grande partie pacifique, mais il y a eu de nombreux accrochages avec la police qui a du utiliser des gaz lacrymogènes . Des images vidéo diffusées par BFM TV ont également montré un groupe de manifestants brûlant un drapeau colonial américain avec les noms français et américain écrits sur les bandes blanches.

Plus tôt dans la journée, la préfecture de police de Paris a déclaré la manifestation illégale au motif qu’elle violait les directives gouvernementales limitant les grands rassemblements pendant la pandémie de coronavirus qui restent en place alors même que le pays a entamé son processus de déconfinement.

Les manifestants se sont tout de même déplacés en masse dans la capitale – l’estimation de la foule à 15 000 personnes provient de sources policières citées dans les médias français – et dans un certain nombre de villes plus petites.

 

La France : un historique de violences policières

En Europe, la France est le pays qui a le plus fait parler de lui au regard du niveau de violence rencontré par la police qui, selon les militants, touchent de manière disproportionnée les citoyens noirs et arabes. Cette disparité perçue est l’un des problèmes les plus explosifs dans un pays dont l’histoire postcoloniale prêche l’égalité universelle mais qui abrite également l’une des sociétés les plus diverses d’Europe sur le plan ethnique.

Si les protestations contre la violence policière et la discrimination raciale sont courantes en France, les organisateurs des récentes manifestations reconnaissent qu’ils ont eu du mal à obtenir le genre de reconnaissance et de tollé de soutien que les militants américains ont obtenu.

« Aux États-Unis, la question de la discrimination raciale est quelque chose qui est très clairement énoncée », a déclaré Rokhaya Diallo, journaliste et militante antiraciste française. « Mais en France, il y a un refus, un déni de ce qui se passe sur le sol français. »

La marche de mardi visait à sensibiliser l’opinion publique à des incidents similaires à celui de Floyd, qui se produisent en France depuis des années mais qui n’ont pas retenu l’attention du public. Organisée par « Justice pour Adama » – un mouvement de justice sociale fondé par la famille d’Adama Traoré, un ouvrier noir du bâtiment de 24 ans mort en 2016 sous les coups de la police française – la manifestation a entre autres tenté de délmontrer les parallèles entre les deux affaires.

Les manifestants portaient des pancartes avec les noms des deux hommes sous les mots prononcés par Floyd, tandis qu’un policier de Minneapolis s’agenouillait sur son cou : « Je ne peux pas respirer. » Dans le cas français, la police a été accusée de sauter sur le dos de Traoré et de l’étouffer.

« Aujourd’hui, ce n’est plus le combat de la famille Traoré, c’est votre combat à tous », a déclaré Assa Traoré, la soeur d’Adama Traoré et l’un des principaux organisateurs de la marche, à la foule mardi. « Aujourd’hui, quand nous nous battons pour George Floyd, nous nous battons pour Adama Traoré. »

Manifestation Adama traoré

Un malaise des communautés maghrébine et africaine qui ne cesse de s’amplifier

Madjid Messaoudene, un fonctionnaire municipal de Seine-Saint-Denis, l’un des départements administratifs les plus divers de France, a déclaré dans une interview téléphonique : « Nous n’avons pas la même histoire avec les États-Unis ni la même histoire que les Afro-Américains, c’est donc compliqué de comparer. Mais le point commun, c’est l’impunité de la police ».

En 2005, la France a failli fermer ses portes lorsque des émeutes ont éclaté après la mort de deux adolescents – un noir, un arabe – qui tentaient d’échapper à la police à Clichy-sous-Bois, en banlieue parisienne. Et pas plus tard qu’à la fin du mois d’avril, en plein cœur de la fermeture du pays à cause des coronavirus, de petites manifestations ont eu lieu en banlieue parisienne et dans d’autres villes après qu’un homme à moto ait percuté la porte ouverte d’un véhicule de police.

Mais ces manifestations se sont éteintes au bout d’une semaine environ. Bien que le motocycliste ait été hospitalisé, il n’a pas été tué et l’épisode a disparu de la circulation, même si les préoccupations sous-jacentes restent largement répandues.

« Les meurtres et bavures sont partout », a déclaré Melissa Flason, 31 ans, conseillère commerciale qui a assisté à la manifestation de mardi à Paris. « Cela se passe ici en France. Mais c’est moins un spectacle médiatique, car on en parle beaucoup moins ».

Pour Diallo, une différence essentielle peut être l’histoire de la communauté afro-américaine aux États-Unis par rapport à son homologue française, qui est traitée comme périphérique.

« Les Noirs aux États-Unis sont essentiels à l’histoire américaine – il y avait des Noirs aux États-Unis avant même qu’il y ait un États-Unis », a-t-elle déclaré. « Mais les Noirs en France sont considérés comme venant de l’extérieur, comme s’ils venaient d’arriver. Le déni est plus facile de cette façon ».

D’autres manifestants étaient moins intéressés par les divergences transatlantiques.

« Ce que je trouve si tragique, c’est que des vies humaines semblent si inutiles », a déclaré Oumou Margelisch, 52 ans, qui travaille dans une école maternelle parisienne. De nos jours, c’est tout : « Nous devons protéger la planète. Nous devons protéger les animaux ». Mais on peut écraser la gorge d’un homme, surtout quand il est noir ».

Margelisch était là avec sa fille, une lycéenne de 17 ans portant un panneau « Je ne peux pas respirer ». Margelisch a fait remarquer que le père de sa fille est blanc. « Comment suis-je censée lui expliquer cela ? » a-t-elle demandé. « C’est comme si le côté de son père avait tué le côté de sa mère. Voyez-vous le conflit là-bas ? Il faut que ça cesse. »