Sélectionner une page

COVID-19 et risque de suicide

COVID-19 et risque de suicide

Les répercussions émotionnelles et psychologiques de la pandémie de coronavirus peuvent entraîner des sentiments de désespoir et des pensées suicidaires. Apprenez-en à discerner les signes avant-coureurs et les réponses à apporter.

Pendant la pandémie de coronavirus (COVID-19), vous pouvez ressentir de l’anxiété, de la peur, de la frustration, de la tristesse et de la solitude, au point que ces sentiments deviennent constants et envahissants. Les problèmes de santé mentale existants, notamment l’anxiété grave et la dépression majeure, peuvent s’aggraver. Si vous vous sentez désespéré et avez des pensées suicidaires, ou si vous vous inquiétez pour quelqu’un d’autre, apprenez comment trouver de l’aide et retrouver l’espoir.

Principaux facteurs de stress liés à la pandémie de COVID-19

Pour une aide immédiate

Si vous vous sentez accablé par la pensée de ne pas vouloir vivre ou si vous avez des envies de vous suicider, demandez de l’aide dès maintenant.

Appelez immédiatement une ligne d’assistance pour les suicides. En France, appelez SOS Amitié, Suicide Ecoute, SOS Suicide Phénix ou une autre ligne spécialisée. Cliquez sur ce lien pour trouver toutes les informations sur les situations d’urgence suicidaires.

Le plus souvent, les pensées suicidaires sont le résultat d’un sentiment d’incapacité à faire face ou à se rétablir lorsque vous êtes confronté à ce qui semble être une situation de vie accablante. Il existe encore peu de données sur la pandémie COVID-19 et son impact sur le taux de suicide. Mais il est clair que la pandémie a ajouté un stress émotionnel et mental intense à la vie des gens dans le monde entier. La peur, l’anxiété et la dépression peuvent découler d’un large éventail de préoccupations et d’expériences, allant des problèmes personnels et familiaux au stress lié au travail.

Préoccupations personnelles et familiales

Les situations varient, mais voici quelques exemples de situations personnelles et familiales :

  • La crainte que vous ou vos proches n’attrapent le COVID-19
  • Aucune chance d’être avec et de réconforter votre proche gravement malade ou mourant à l’hôpital
  • Deuil suite à la perte d’un être cher à cause du COVID-19 ou d’une autre maladie
  • L’isolement social, en particulier si vous vivez seul ou dans un établissement où les visiteurs ne sont temporairement pas autorisés
  • Début ou aggravation de l’abus d’alcool ou de drogues
  • Avoir d’autres troubles de santé mentale, tels qu’une dépression majeure, un trouble bipolaire, un trouble de stress post-traumatique ou un trouble anxieux

Préoccupations liées au travail

risque suicidaireSelon le type d’emploi que vous occupez, voici quelques exemples de problèmes liés au travail :

Anxiété due au fait de travailler dans un environnement à haut risque, par exemple dans un hôpital ou une maison de soins, ou d’être un premier intervenant.

Sentiment d’être débordé en travaillant dans des établissements de santé bondés qui traitent les personnes atteintes de COVID-19, en particulier dans des endroits où il peut y avoir une pénurie de personnel et d’équipements de protection individuelle.

Sentiment d’épuisement et de frustration en tant que travailleur de la santé parce que vous pensez que vous ne pourriez pas en faire assez pour les personnes atteintes de COVID-19 qui sont décédées.

Peur et anxiété face au risque accru de COVID-19 parce que vous êtes un travailleur essentiel, tel qu’un travailleur de l’industrie alimentaire ou du transport, dont le travail exige de servir le public en personne.

Inquiétude quant à la perte effective d’un emploi ou d’une entreprise, entraînant des difficultés financières.

Inquiétez-vous de la manière dont vous subviendrez à vos besoins essentiels et à ceux de votre famille si vous êtes sans emploi pendant une période imprévisible ou si vous perdez votre emploi.

Les signes avant-coureurs du suicide

Que vous ayez des pensées suicidaires ou que vous connaissiez quelqu’un qui se sent suicidaire, apprenez les signes avant-coureurs du suicide et comment obtenir une aide immédiate et un traitement professionnel. Vous pourriez sauver une vie, la vôtre ou celle d’une autre personne.

Les signes avant-coureurs du suicide ou les pensées suicidaires comprennent

  • Parler de suicide : par exemple, faire des déclarations telles que « Je vais me suicider » ou « J’aimerais être mort ».
  • Se donner les moyens de s’enlever la vie, par exemple en achetant une arme ou des cachets.
  • Se renfermer et éviter les contacts, même si rester à la maison peut être recommandé pendant la pandémie COVID-19 : par exemple, ne répondre à aucun type de communication de la part des autres, comme les appels, les SMS ou autres messages.
  • Être préoccupé par la mort, le décès ou la violence.
  • Se sentir piégé ou désespéré par une situation.
  • Consommation excessive d’alcool ou de drogues.
  • Changer sa routine habituelle, notamment ses habitudes alimentaires ou de sommeil.
  • Faire des choses risquées ou autodestructrices, comme consommer de la drogue ou conduire de manière imprudente.
  • Dire au revoir aux gens comme si on ne les reverrait plus.
  • Développer des changements de personnalité ou être très anxieux ou agité.

Les circonstances uniques de la pandémie COVID-19, notamment le peu d’interaction sociale, peuvent rendre plus difficile l’identification des personnes à risque de suicide. Les signes d’alerte ne sont pas toujours évidents et peuvent varier d’une personne à l’autre. Certaines personnes expriment clairement leurs intentions, tandis que d’autres gardent secrètes leurs pensées et sentiments suicidaires.

Demandez de l’aide pendant la période de pandémie COVID-19

dépressionPendant la pandémie COVID-19, vous pouvez toujours joindre les autres de manière sûre et leur demander de l’aide. Que ce soit par téléphone, par texto ou par courrier électronique, ou encore par l’intermédiaire d’une plateforme de médias sociaux de confiance, n’ayez pas peur de faire savoir aux autres que vous vous sentez dépassé et que vous avez besoin d’aide. Commencez au moins la conversation.

Si vous pensez que vous risquez de vous faire du mal ou de faire une tentative de suicide, demandez de l’aide immédiatement en prenant l’une de ces mesures :

  • Contactez votre médecin traitant, psychologue ou psychiatre pour vous aider à faire face aux pensées suicidaires.
  • Appelez un numéro d’urgence ou une ligne d’assistance téléphonique pour les suicides.
  • Appelez le SAMU.
  • Joignez un ami proche ou un être cher.

Même une fois la crise passée, demandez de l’aide pour obtenir un traitement approprié pour les pensées et les sentiments suicidaires et apprenez des stratégies d’adaptation efficaces. Conservez une liste de contacts et de numéros de téléphone facilement accessibles. Sur votre liste, indiquez les numéros de téléphone de vos médecins, des professionnels de la santé mentale et des centres de crise, ainsi que des amis ou des proches en qui vous avez confiance.