Sélectionner une page

Les différences entre la maladie d’Alzheimer et la démence

Les différences entre la maladie d’Alzheimer et la démence

Les gens parlent de la démence et de la maladie d’Alzheimer depuis plus de 100 ans maintenant. Pourtant, dans la plupart des cas, la différence entre ces deux maladies n’est pas claire. Y a-t-il une réelle différence ?

La réponse est que la maladie d’Alzheimer n’est qu’un des types de démence, bien qu’elle soit de loin la plus courante, représentant 60 à 80 % des cas. La démence désigne une perte progressive des capacités cognitives ou un déclin permanent de la fonction mentale. La démence se caractérise par une perte de mémoire chronique, un changement de personnalité et une perte de raisonnement et de logique. Bien que l’oubli soit souvent ressenti, notamment par les personnes âgées occupées ou pressées, on ne l’appelle pas démence, sauf si elle est si grave qu’elle perturbe la vie quotidienne.

Les causes de la démence

La démence est causée par de nombreuses autres affections que la maladie d’Alzheimer, la deuxième cause la plus fréquente étant la démence vasculaire. Dans ce cas, le cerveau est lentement détruit par le pompage du sang dans les artères à une pression accrue, ce qui endommage les parois artérielles. Dans de nombreux cas, la démence vasculaire suit l’apparition d’un accident vasculaire cérébral ou d’une série d’accidents vasculaires cérébraux. Les facteurs de risque de la démence vasculaire comprennent l’hypertension artérielle, le diabète, l’hypercholestérolémie et la fibrillation auriculaire, qui augmentent également le risque d’accident vasculaire cérébral.

Parmi les autres causes de la démence, on peut citer

  • La démence liée à l’alcool est causée par une consommation excessive d’alcool à long terme, qui endommage les cellules du cerveau, entraînant une perte cognitive.
  • La démence liée à la maladie de Parkinson se manifeste par la maladie de Parkinson, un trouble moteur progressif associé à la perte de neurones sécrétant de la dopamine dans certaines parties du cerveau.
  • La démence frontotemporale est causée par un groupe de maladies cérébrales appelées dégénérescence lobaire frontotemporale. Elle est plus fréquente chez les adultes d’âge moyen, contrairement aux autres formes de démence. C’est un type de démence associé à une dégénérescence progressive des cellules cérébrales, comme la maladie d’Alzheimer et la démence à corps de Lewy.
  • La démence à corps de Lewy est associée à l’accumulation d’une protéine appelée alpha-synucléine dans le cerveau. Des symptômes moteurs similaires à ceux du parkinsonisme sont présents, ainsi que des hallucinations visuelles.
  • La démence mixte est un terme utilisé lorsque l’individu présente des signes à la fois de la maladie d’Alzheimer et de la démence vasculaire. Les symptômes sont donc mixtes, et on ne sait pas exactement comment une affection affecte l’autre.
  • Des symptômes semblables à ceux de la démence peuvent apparaître dans certaines affections comme la maladie de Creutzfeldt-Jakob, la maladie de Huntington ou le VIH. De nombreux problèmes médicaux, dont l’alcoolisme, la dépression, les infections ou tumeurs cérébrales, et les maladies de la thyroïde ou du foie, sont liés à des troubles de la mémoire de type démentiel.

Parfois, la personne a simplement des oublis dus à la vieillesse, mais ce n’est pas la même chose que la démence ou la maladie d’Alzheimer.

 

maladie d'Alzheimer et la démence

La démence consécutive à la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est un état dans lequel les capacités cognitives sont lentement mais irréversiblement rongées. La personne atteinte devient finalement incapable de faire des choses même simples et nécessite des soins complets. C’est la sixième cause de décès aux États-Unis, et la mort survient généralement environ huit ans, en moyenne, après que la maladie soit devenue symptomatique.

Pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer, deux ou trois domaines de la cognition doivent être manifestement anormaux, tels que la mémoire, le langage, la désorganisation et la désorientation.

Le cerveau de ces personnes présente des plaques caractéristiques d’une protéine appelée bêta-amyloïde et des enchevêtrements d’une protéine neurofibrillaire appelée tau. Une nouvelle méthode d’imagerie du cerveau vivant par TEP avec un traceur se liant à l’amyloïde permet de détecter ces anomalies dans le cerveau et de diagnostiquer la maladie d’Alzheimer avec plus de précision. Cependant, elle n’est qu’un peu plus précise que la méthode clinique traditionnelle de diagnostic et est réservée aux patients atteints de maladie d’Alzheimer atypique.

Pourquoi la différence entre la maladie d’Alzheimer et les autres démences est-elle importante ?

Différents remèdes sont nécessaires pour différentes affections. Les patients atteints de certains types de démence autres que la maladie d’Alzheimer peuvent avoir besoin d’antidépresseurs et de divers types de soutien et de médicaments. En revanche, les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer peuvent recevoir des médicaments pour améliorer leurs performances cognitives.

Plus important encore, la maladie d’Alzheimer peut être partiellement évitée. En faisant attention aux sept principaux facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer, autres que la génétique et l’âge, au moins un tiers de la maladie d’Alzheimer peut potentiellement être évité.

Voici les sept facteurs de risque évitables :

  1. Diabète – Hyperglycémie
  2. Hypertension – Tension artérielle élevée
  3. Obésité – Poids corporel excessif
  4. L’inactivité physique
  5. La dépression – L’humeur sombre
  6. Fumer
  7. Une éducation médiocre

L’exercice physique stimule une meilleure circulation sanguine et contribue également à augmenter les connexions entre les cellules du cerveau. L’exercice mental, tel que l’apprentissage d’un nouveau jeu ou d’une nouvelle langue, la pratique des échecs ou la lecture de nouveaux livres, aide également le cerveau à améliorer ses performances et peut ralentir l’apparition de la démence liée à l’âge. Et une alimentation saine est la clé d’une bonne santé générale.

Le dernier conseil en date serait donc de suivre un régime alimentaire sain, de faire régulièrement de l’exercice physique adéquat et d’exercer le cerveau de manière agréable. Pour rester en bonne santé, il est essentiel de faire le maximum pour enrichir sa vie, plutôt que de se concentrer sur un seul domaine.