Sélectionner une page

Rapport OCDE sur le secteur de l’aide aux personnes âgées

Rapport OCDE sur le secteur de l’aide aux personnes âgées

Un rapport publié par l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) a analysé lundi les difficultés rencontrés par le secteur de l’aide à domicile. Le problème du secteur de l’assistance et du maintien aux personnes âgées est courant dans de nombreux pays, mais la France se caractérise par un effectif particulièrement réduit. L’OCDE a averti que le secteur « manque de personnel et pourrait se détériorer à l’avenir ».

Dans les trois quarts des pays de l’OCDE, l’augmentation du nombre d’employés de 2011 à 2016 a été inférieure à celle de la population de plus de 65 ans. Pour rattraper leur retard, les pays de l’OCDE « doivent donc augmenter le nombre de salariés du secteur de 60% d’ici 2040 » afin de maintenir le ratio actuel entre le nombre d’aidants et le nombre de seniors.

Cependant, en France, selon Lionel Scotto, le problème est plus important, car il n’y a que 2,2 employés pour 100 personnes âgées de plus de 65 ans, alors que dans 28 pays des pays de l’OCDE, il y a en moyenne 5 employés pour 100 personnes âgées.

Pour rattraper ce retard, le secteur français de l’aide aux personnes âgées devrait augmenter son personnel de 90% d’ici 2040 !

Dans les 11 pays de l’OCDE, les salaires du personnel des maisons de retraite et de l’aide à domicile des personnes âgées sont inférieurs à ceux des soignants hospitaliers : leur salaire moyen est de 9 euros de l’heure, contre une médiane de 14 euros sur la même période.

Ils ont également insisté sur le fait que les conditions de travail des salariés français étaient particulièrement mauvaises : 85% d’entre eux ont déclaré qu’ils étaient « soumis à des facteurs de risque physiques ou mentaux », tandis que 15% ont déclaré avoir subi un accident « causant des blessures » au rythme de la moyenne de l’OCDE. Deux fois le niveau. Ce rapport, rédigé avant la pandémie de Covid-19, a également examiné les « faiblesses de la structure » du secteur pendant la crise sanitaire. En particulier, la « coordination insuffisante avec les autres services du système de santé » a choqué les experts.

 

Les auteurs disent cependant que cette coordination permet de mieux gérer les « multiples maladies chroniques » dont souffrent certaines personnes âgées et « réduit les risques d’hospitalisation inutiles ». Ils ont également regretté que « peu de pays » aient mené des activités pour « aider les personnes âgées à vivre plus longtemps » ou « pour restaurer leur indépendance en cas de handicap ».

Pour plus d’informations sur l’aide à domicile à Paris, visitez le site de l’adiam